Bertrand Piccard : « Du moi d’après au monde d’après »

 “ Nous devenons la plupart du temps prisonniers non pas des vents de la vie, mais de notre propre façon de penser et de comprendre l’existence “ – Bertrand Piccard. Changer d’Altitude  .

Bertrand Piccard est un psychiatre, explorateur et environnementaliste Suisse. En mars 1999, il réalise avec Brian Jones le premier tour du monde en ballon à bord du Breitling Orbiter 3.. Il co-développe et pilote également l’avion solaire Solar Impulse avec André Borschberg. Effectuant un tour du monde de mars 2015 à juillet 2016. Depuis 2012, il est « Champion de la Terre » pour les Nations unies et a fondé la Fondation Solar Impulse. Aujourd’hui, Bertrand Piccard se consacre à promouvoir le développement durable, en prouvant que l’écologie peut être rentable. Pionnier de l’intégration de l’écologie et de l’économie, il utilise ses exploits pour encourager l’action des gouvernements et des industries en faveur de l’environnement.

Le ballon : une leçon sur les vents de la vie

Écrivain du livre “ Changez d’altitude”. Bertrand Piccard explique son concept des « vents de la vie”. Les vents de vie désignent tout ce qui échappe à notre contrôle : décisions politiques, crises, épidémies, accidents, maladies, licenciements, amour, échecs, ou encore succès. Ces événements inattendus nous poussent vers l’inconnu qu’il ne faut pas craindre. Au contraire, il faut plutôt se créer une mentalité d’explorateur. On peut voir ces surprises comme des opportunités de découverte et de créativité. L’analogie avec le vol en ballon illustre cela : “ on est poussé par les vents, mais en ajustant notre altitude en lâchant du lest. On peut changer de trajectoire. De même, dans la vie, il faut abandonner nos certitudes et croyances pour adopter de nouvelles perspectives et stratégies, nous permettant ainsi de reprendre en main notre destin “.

Encourager chacun d’entre nous à s’aventurer à explorer pour s’ouvrir un peu plus au monde. 

Bertrand Piccard explique qu’il faut contrôler les situations pour atteindre nos objectifs et ne pas se résigner. Le fatalisme, ou abandonner sans lutter, est inutile car nous n’avons réellement le contrôle que de 10% du temps. Face aux imprévus, il faut apprendre à les gérer. Lors d’une rupture, on peut soit tenter de récupérer ce qu’on a perdu – souvent impossible et douloureux – soit adopter de nouvelles perspectives pour s’améliorer après la crise. Cela nécessite de lâcher certaines certitudes. Le vol en ballon symbolise cette perte de contrôle et la nécessité de trouver en soi les ressources pour avancer. La confiance, plus cruciale que le courage, permet de naviguer dans l’inconnu. Il souligne que la confiance révèle que nous avons en nous les ressources pour réussir. Ce qui est la magie de l’aventure et des crises. Les crises sont des opportunités de s’améliorer en s’adaptant et en changeant de perspective.

Education, exploration , transmission de valeurs fortes

Né d’un père et d’un grand père explorateur,  Bertrand Piccard à depuis toujours grandi avec une éducation d’explorateur. Celle-ci le pousse depuis toujours à rechercher l’inconnu, l’inconfort et toutes ses spécificités. Il voit l’inconnu comme une opportunité de découverte et d’auto-révélation. Pourtant les jeunes d’aujourd’hui ne sont plus confrontés à cet inconnu, elle n’est plus perçue comme une motivation. Chacun reste dans des codes classiques par peur de ne pas “être assez dans la norme” . Il critique cette  éducation traditionnelle, affirmant qu’elle se concentre trop sur les connaissances prouvées et répétables. Cette approche devient insuffisante en période de crise, car elle ne prépare pas à naviguer dans l’incertitude.

Il est essentiel d’apprendre à apprécier et explorer ce qui ne peut pas être expliqué.

Pour appuyer ce propos, Bertrand Piccard compare le comportement des abeilles et des guêpes face à un obstacle. Les abeilles continuent de s’acharner sur le même problème jusqu’à leur épuisement. Tandis que les guêpes explorent différentes options jusqu’à trouver une solution. Il souligne l’importance de cette approche dans la vie en général. En effet, lors de la construction Breitling Orbiter, son équipe a adopté une stratégie d’adaptation. En modifiant constamment leur approche après chaque échec. Contrairement à leurs concurrents qui répétaient les mêmes erreurs sans chercher diverses options et qui, peu à peu, stagnaient dans leurs méthodes, cette flexibilité leur a permis de progresser et de finalement réussir.

Repenser nos approches pour aller vers un monde plus sain

Bertrand Piccard est persuadé qu’adopter de nouvelles approches nous permettra de nous sentir plus à l’aise et de créer un monde sain à notre image.

Par exemple, lorsque l’on souhaite “convaincre “ quelqu’un, l’approche doit éviter le « wishful thinking » (espérer quelque chose pour que ça se passe). Mais plutôt, parler le langage des gens concernés. Par exemple, il  est crucial de montrer comment la protection de l’environnement peut être rentable et bénéfique pour tous, y compris politiquement.

Plutôt que de créer des conflits, il faut chercher des alliances.

Bertrand cite l’exemple du VDF Suisse représentant l’industrie du ciment et avec qui il a collaboré pour réduire les émissions de carbone. Accuser les dirigeants de pactiser avec le diable est contre-productif. Il est suggère de reconnaître que l’industrie pétrolière n’est pas l’ennemie, mais qu’elle doit être aidée pour se diversifier. Financer les entreprises pétrolières sous conditions et avec une approche réaliste, peut être plus opportune que d’arrêter leur financement. Pour illustrer son propos, Betrand Piccard prend l’exemple de l’entreprise Schlumberger. Celle-ci est en train de se diversifier partiellement dans la création de géothermie pour pouvoir chauffer des immeubles avec des pompes à chaleur dans les villes.

Il est essentiel de développer des arguments convaincants pour persuader ceux qui ne partagent pas nos opinions. Il faut trouver des moyens de montrer qu’il est possible de faire les choses différemment.

La Fondation Solar Impulse propose des solutions technologiques rentables pour protéger l’environnement et créer des emplois.

Cette approche vise à intéresser ceux qui, à priori, ne voient pas d’avantages personnels à protéger l’environnement. Bertrand Piccard souligne qu’au lieu de confronter les gens, il est crucial de les motiver pour provoquer un changement. Cela requiert une grande empathie et une compréhension profonde des intérêts des autres afin de pouvoir les aligner avec les nôtres.

Dans ce contexte, il revient sur une expérience personnelle : lors du survol du territoire Chinois, il a découvert que le contrôle aérien chinois était assez rudimentaire et que son vol bloquerait le trafic pendant trois jours. Au lieu d’invoquer les lois internationales, il a préféré la discussion et l’échange en intégrant les difficultés locales. Grâce à cette approche, il a établi une relation de confiance et a obtenu des routes précises pour son vol.

Lors de ses expériences à bord du Breitling Orbiter et du Solar Impulse, Bertrand Piccard surmonte l’inconfort en se concentrant sur l’instant présent. En intensifiant sa présence et sa conscience à travers l’auto-hypnose, il abolit la notion du temps et vit pleinement chaque instant. Il compare cette approche à celle nécessaire durant un confinement où rester centré sur le présent est crucial. En prenant notamment l’exemple d’un chauffeur de taxi qui lors du confinement perd son travail, il utilise alors ce temps d’arrêt pour apprendre une nouvelle langue en ligne, acquière des compétences qui seront profitables pour son travail et amélioreront sa relation avec ses clients étrangers. 

Il est important de transformer les opportunités manquées en succès grâce à l’apprentissage. 

Enfin, lors de ces explorations, le stress, la fatigue et le sommeil sont des éléments qui peuvent impacter. Psychiatre de formation, Bertrand Piccard utilise l’hypnose. Il explique que l’hypnothérapie est un excellent moyen d’apprendre à se tourner vers soi, dans son intérieur pour gérer ses émotions, ses traumatismes, et ses phobies. Cette technique permet la création d’une « safe place », un sentiment de sécurité intérieure, qui est fondamentale. Elle permet de faire face aux épreuves et de réagir même dans des situations de crise. Cette méthode favorise également la préparation mentale pour affronter le passé et anticiper l’avenir. 

Le Monde de demain

“ Il existe des solutions logiques plus qu’écologiques, qui peuvent créer des emplois et générer du profit tout en réduisant les émissions polluantes et en préservant les ressources naturelles.” – Bertrand Piccard 

Bertrand Piccard souligne l’importance cruciale de passer à une économie circulaire où les déchets sont valorisés comme des ressources. L’économique circulaire favorisent ainsi la création de nouvelles industries. Il insiste également sur la nécessité d’engager la transition énergétique par le solaire et l’éolien devenant des sources d’électricité moins coûteuses que les énergies fossiles. Il encourage les entreprises à adopter des pratiques industrielles respectueuses de l’environnement avec des incitations financières liées à des engagements écologiques. En outre, il voit dans le confinement une opportunité unique pour créer un monde plus moderne et efficient réduisant le gaspillage des ressources et favorisant la création de richesse durable.

Même si le combat n’est pas encore gagné, de plus en plus entreprises, aux côtés des activistes environnementaux, soutiennent désormais grandement la transition écologique et reconnaissent son potentiel économique. Des partenaires industriels majeurs, tels qu’Air France, LVMH, Nestlé et d’autres, se sont notamment joints à la Fondation Solar Impulse pour promouvoir cette transition. 

2 ressources ressources d’avenir pour réussir cette transition  : 

  • L’Hydrogène : Pour promouvoir l’utilisation de l’hydrogène, des investissements suffisants et des alliances avec l’industrie pétrolière sont nécessaires. Des entreprises telles qu’Air Liquide, partenaires de la Fondation Solar Impulse, sont engagées dans cette direction. Cependant, sans une orientation politique claire en faveur de cette transition, les pratiques polluantes continueront d’être tolérées, entravant le développement de l’hydrogène. Il est crucial que les dirigeants politiques jouent un rôle de leader en définissant une vision claire et en expliquant les raisons de cette transition pour inciter la population à s’engager.
  • Low – Tech : L’efficacité des solutions simples et low-tech en agriculture, notamment en Inde où des pratiques traditionnelles ont été réintroduites avec succès. En effet, plutôt que de subventionner les produits chimiques, le gouvernement favorise une approche naturelle. Formant par exemple, des groupes de paysans à des pratiques respectueuses de l’environnement. Cette nouvelle approche est essentielle dans notre société moderne.

Découvrez également l’ensemble des MoHoTalks en vidéo ou en podcast.

Retour à la liste des articles