preloder

Usine à projets made in Caen, le MoHo entre dans les travaux

Le MoHo, un projet privé-public : ici, les concepteurs, les mécènes et les représentants des collectivités.

Le MoHo, un projet privé-public : ici, les concepteurs, les mécènes et les représentants des collectivités. | NATHALIE LECORNU-BAERT

 

Dévoilé voici tout juste un an, le projet d’aménagement de l’ancien garage Renault, rue de la Gare, en espace dédié à l’économie à base de matière grise, devient un peu plus concret. Les travaux démarrent mardi 5 juin 2018.

Idée venue en 2014 à l’esprit d’Olivier Cotinat (fondateur entre autres d’un site de commerce en ligne et formateur en innovation à l’Essec), le MoHo est un « collider ». On pourrait traduire par « lieu favorisant les collisions ». Ici, il s’agit de faire se percuter la matière grise au service de l’économie numérique. Et pourquoi pas de voir naître des projets par accident. « C’est un lieu d’innovation de nouvelle génération, le premier en Europe, pour trouver les solutions de demain », répète Olivier Cotinat.

Le MoHo, ça ressemblera à quoi ?

Avec Nicolas Géray, ancien directeur des pépinières de Caen-la-Mer, Olivier Cotinat a envisagé de créer des espaces dédiés au développement économique numérique : « 1 300 places réparties entre travail partagé, salles de créativité, de conférence, de réunion, de cours, de réception, mais aussi un espace grand public… Ce doit être un lieu inspirant. »

Sous la verrière de l’ancienne succursale Renault, un espace de co-working lumineux pour favoriser l’innovation. | OCTOGNE ASSOCIÉS ET NORMANDIE AMÉNAGEMENT

Le MoHo, c’est où ?

Reconnaissable à sa rotonde à l’angle de la rue de la Gare et du quai Hamelin, l’ancien garage Renault est vide depuis mars 2013. Les quelques 7 500 m² de hall, ateliers et bureaux, sans oublier la magnifique verrière centrale, vont accueillir ce MoHo. Normandie Aménagement a acheté ce site en 2015, et va piloter le chantier pour le compte de Caen-la-Mer. « Les opérations de désamiantage débutent mardi 5 juin 2018. En septembre, interviendront les démolitions jusqu’en juin 2019. » Les aménagements, « d’une haute qualité architecturale », devraient durer un an. Une fois achevés, début 2020, Normandie aménagement donnera les clés à Caen-la-Mer qui le louera aux gérants du MoHo.

L’un des bureaux de l’ancienne concession, vide depuis mars 2013. | NATHALIE LECORNU-BAERT

Le MoHo, c’est pour qui ?

Y sont attendus des étudiants comme des créateurs d’entreprise et de « jeunes pousses », voire des chercheurs comme des PME en quête de conseils pour leur transformation digitale… « L’une des volontés est aussi d’ouvrir au grand public, insiste Olivier Cotinat, Environ 1 500 m² seront accessibles gratuitement et comprendront un espace enfants, des salles de codage, un terrain multisports, une salle de yoga et une toiture-terrasse végétalisée… »

La toiture de l’ancien garage Renault : en 2020, la verrière (au centre) aura été rénovée, les toits blancs (à l’arrière-plan) auront été démolis pour laisser place à des terrasses végétalisées. | NATHALIE LECORNU-BAERT

Le Moho, c’est pourquoi ?

Ce projet à l’origine privé, a obtenu le soutien des institutions publiques (l’agglomération de Caen-la-Mer et la Région). « C’est un moteur gigantesque », s’enthousiasment Joël Bruneau et Hervé Morin. D’autant que la démarche MoHo comporte un volet international avec la possibilité de « capter des universités étrangères » et l’organisation d’un D-Day summit (première édition en juin 2019), sorte de camp d’été pour têtes chercheuses internationales.

Le budget global de l’opération est de 25 millions d’euros, pris en charge pour 18 millions d’euros par Caen-la-Mer et la Région. Un club de 40 mécènes, comprenant quasiment toutes les entreprises normandes qui comptent (de Hamelin à Festou intérim, en passant par le groupe Batteur, Agrial ou encore Legallais…), ont mis, de leur côté, 5 millions dans le panier. « Avec le Wip à Colombelles, résument les services de Normandie Aménagement, ce sont des projets que l’on ne voit que tous les vingt-cinq ans. Ce seront des icônes pour le territoire. »

Retour à la liste des articles