Le chantier a pris six mois de retard mais il est bel et bien lancé depuis mardi dernier. Les premiers coups de pioche ont enfin commencé dans un des bâtiments emblématiques de Caen, l’ancien garage Renault de rue de la Gare. Appelés à se transformer de A à Z, les vastes locaux de plus de 7 000 m² vont devenir ce qu’on appelle un « Collider ».

Le principe de ce dernier consiste à proposer à des publics différents, venus du monde entier, de travailler et d’innover de manière pérenne. Baptisé MoHo, le site sera à la fois un lieu de vie et un lieu inspirant pour créer. « C’est un espace d’un nouveau genre, né dans ma tête voilà un peu plus de trois ans. Ce n’est ni un incubateur, ni une pépinière d’entreprise », explique Olivier Cotinat, créateur d’entreprise caennais, né à Rouen.

Pour en arriver là, il lui a fallu convaincre les partenaires publics de l’utilité d’investir. « Quand j’en ai parlé au maire et président de l’agglomération caennaise, je crois que Joël Bruneau m’a vu un peu comme un Ovni », se souvient le fondateur de MoHo. Ce que confirme d’ailleurs Joël Bruneau : « Oui un peu mais j’ai vite senti l’usage futur de ce bâtiment, porteur pour l’agglomération et j’ai fait œuvre de conviction. Oui, c’est un modèle atypique qui perturbe. Il faut nous y habituer. » Sur un budget global de 25 millions d’euros, 18 millions proviennent de la Communauté urbaine de Caen la mer et de la Région Normandie pour racheter et rénover l’ancienne succursale automobile.

1 500 m² gratuits et ouverts à tous

Au-delà des partenaires institutionnels, l’autre particularité du projet est d’avoir convaincu des acteurs privés normands, devenus mécènes du lieu. De grandes entreprises régionales (Hamelin, Agrial, Crédit Agricole Normandie, le groupe Batteur, Legallais, le groupe Esnée…). Six millions d’euros ont été ainsi collectés.

Le dernier venu sur la liste n’est autre que General Electric, qui apportera, en nature, son expertise pour concevoir les systèmes techniques pour l’électrification et la digitalisation du bâtiment. Pour mélanger les différentes populations, un grand espace public de 1 500 m² sera totalement gratuit, dont un espace réservé aux enfants ; une autre partie sera réservée aux abonnés, avec 500 sièges de coworking et bureaux, un amphithéâtre, des salles de cours…

« Ce projet peut être un moteur gigantesque pour l’agglomération de Caen et donc pour la région toute entière. MoHo est le symbole de quelque chose qu’on ne connaissait pas en Normandie, c’est-à-dire le collectif », commente Hervé Morin, président de Région.

La première phase des travaux va commencer par le désamiantage et le curage du bâtiment, puis se poursuivra par la démolition de la partie centrale. En juin 2019, la phase de travaux (clos et couvert) pourra alors débuter jusqu’au premier trimestre 2020. À cette date, l’heure de l’inauguration aura alors sonné pour MoHo.