preloder

75e anniversaire du Débarquement. Le MoHo organise son premier sommet de l’innovation à Caen

OUEST-FRANCE, Par Nathalie LECORNU-BAERT
Nicolas Geray, co-fondateur du MoHo, qui organise son premier « Summit » le 6 et 7 juin 2019. L’équipe du Moho est actuellement hébergée au Dôme, à l’espace des résidents en « coworking ».
Nicolas Geray, co-fondateur du MoHo, qui organise son premier « Summit » le 6 et 7 juin 2019. L’équipe du Moho est actuellement hébergée au Dôme, à l’espace des résidents en « coworking ». | OUEST-FRANCE

Sorte de pendant entrepreneurial du Forum pour la paix, un premier « MoHo D-Day summit » aura lieu les 6 et 7 juin 2019 à Caen. Pendant deux jours, des grands patrons ou spécialistes de la stratégie d’entreprise vont débattre. Mais tenteront aussi de faire éclore des projets qui peuvent encore changer le monde.

Entretien

Nicolas Geray, cofondateur (avec Olivier Cotinat), du MoHo, lieu d’innovation de nouvelle génération, en cours d’aménagement dans l’ancienne concession Renault, quai Hamelin.

Les illustrations créées pour annoncer le MoHo D-Day summit. | MOHO
Les illustrations créées pour annoncer le MoHo D-Day summit. | MOHO

Avant toute chose, quelle est la vocation du MoHo ?

Nous sommes à un tournant de notre société. Notre planète doit faire face à de grands enjeux, qui nécessitent des changements. Si beaucoup de gens souhaitent agir et entreprendre en ce sens, ils ne savent pas toujours comment faire. Or, on pense qu’il est possible d’agir maintenant, qui que l’on soit.

Pour accompagner et favoriser cet esprit d’entreprenariat, nous allons disposer d’un lieu, le Moho, où l’on provoquera les rencontres et les mélanges entre les gens, de toutes branches professionnelles, porteurs de projets divers. Ce lieu, ce « collider », n’est pas une pépinière d’entreprises, ni un incubateur de start-up, c’est un espace que l’on décloisonnera pour permettre à ces projets de se concrétiser.

Le lieu n’est pas encore ouvert, mais le MoHo est déjà en action ?

Nous organisons les 6 et 7 juin prochains la première édition du MoHo D-Day summit. C’est un événement conçu comme un nouveau Débarquement de porteurs de projets susceptibles d’avoir un impact. Ce « summit » fonctionnera comme un mini-collider éphémère. Pendant deux jours, des intervenants du monde entier vont animer des débats et des tables rondes sur les leviers du changement : les nouvelles technologies, l’intelligence artificielle, la recherche nouvelle génération, les nouveaux modes de travail…

Quels intervenants avez-vous invités ?

Nous sommes accompagnés par une référence internationale en termes de conseil et stratégies : le Boston consulting group (BCG), qui a été séduit par notre idée. Nous avons une quarantaine d’intervenants internationaux. Parmi eux Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar, Clara Gaymard ex- PDG de la branche française de General Electric, ou encore Marie Pochon, coordinatrice générale de l’association Notre Affaire à tous, spécialisée dans la question climatique.

Nous aurons des intervenants de tous les continents, qui porteront aussi un regard sur des projets sélectionnés en amont, que nous leur soumettrons dans le cadre d’ateliers d’accélération.

Quels types de projets seront ainsi « accélérés » durant le sommet ?

Ils concernent l’éducation, l’accompagnement des personnes âgées, ou encore les moyens de transport propres. L’objectif est qu’à l’issue du « summit », ces projets puissent rapidement se réaliser. Cet événement a aussi vocation à être inspirant : nous animerons des ateliers annexes pour présenter des exercices de méthodologie permettant d’engager des démarches d’innovation.

Comment financez-vous ce premier événement ?

Nous bénéficions de nombreux accompagnements, à l’image du BCG, mais aussi du Crédit Agricole de Normandie, l’un de nos mécènes, qui met ses locaux près du Mémorial à notre disposition. Nous avons obtenu 100 000 € de l’État au titre du rayonnement de la France à l’étranger.

Pour cette première édition, nous attendons 1 000 participants durant les deux jours, issus de l’industrie, des affaires, de la technologie, de la recherche, de l’entrepreneuriat, de l’école, mais aussi des citoyens concernés. À terme, en 2021, ce summit se déroulera sur dix jours, au départ de l’Angleterre, afin de pousser jusqu’au bout l’analogie avec le Débarquement allié en Normandie.

Jeudi 6 et vendredi 7 juin 2019. Participation sur inscription (payant). www.moho.co

Encore un an de travaux pour les locaux du MoHo

Débuté voici un an, le chantier de construction du MoHo (contraction de Mosaïc House) progresse dans l’ancienne concession Renault, quai Hamelin. « Les locaux devraient ouvrir durant le dernier trimestre 2020, indique Nicolas Geray. La commercialisation n’a pas encore débuté, mais nous avons déjà des demandes ! »

Pour mémoire, il s’agit de 7 500 m² de locaux, comprenant des espaces ouverts à tous (de travail comme de détente), avec certaines zones réservées aux abonnés. Les travaux sont financés par Caen-la-Mer et la Région, mais aussi des entreprises mécènes, pour un montant de 18 millions d’euros (le coût total du projet est de 25 millions d’euros). « En contrepartie de l’investissement immobilier, nous verserons ensuite un loyer », souligne Nicolas Geray.

Le chantier du MoHo, dans l’ancienne concession Renault, progresse : l’ancienne verrière a été démolie, et sera reconstruite à l’identique. | OUEST-FRANCE
La verrière de l’ancienne concession Renault en cours de démolition en octobre 2018. | OUEST-FRANCE
Point d’étape du chantier du MoHo fin 2018. | OUEST-FRANCE
Vue du MoHo côté gare. | OUEST-FRANCE
Le chantier du MoHo, dans l’ancienne concession Renault, : le futur amphithéâtre prend forme. | OUEST-FRANCE

L’équipe du MoHo, actuellement hébergée en partie au Dôme à Caen, est déjà en activité : « Nous avons mené neuf missions au sein d’entreprises locales, dans les branches du bâtiment, de la logistique, de l’intérim, de l’immobilier et de la pharmacie. Ces entreprises nous ont sollicités pour mener avec elles une démarche d’innovation, en leur apportant des techniques d’agilité, mais aussi l’expertise d’étudiants en école de commerce, à l’IAE, en design, à l’école Brassart, et en informatique, de l’université de Caen. Nous avons cassé les codes… et proposé des prototypes ! »

Retour à la liste des articles